Vous avez peut-être reçu, signe d’une certaine maturité, en novembre et/ou décembre une proposition « d’offre exceptionnelle de découverte » et/ou « d’opération spéciale exceptionnelle » de deux entreprises spécialisées dans ce type de démarchage vers les particuliers ciblés.

L’une comme l’autre, « le Domaine apicole de Chezelles » et le « rucher Notre-Dame de Grâces » vous proposent soit de la gelée royale fraiche, soit mélangée à du miel ou encore en gélules, exactement au même tarif pour les mêmes conditionnements,  avec en prime, un « cadeau surprise gratuit » !

Il faut pour la première très bien lire entre les lignes de son discours marketing pour trouver indiqué au dos du bon de commande, en beaucoup plus petits caractères et en perpendiculaire au texte principal l’annotation « …. Seule la meilleure gelée royale importée après  une sélection rigoureuse par le domaine apicole de Chezelles s’ajoute à sa propre production etc . ».  Nous y voilà ! A ce prix là un consommateur averti s’en serait douté mais tout le discours marketing développé autour est fait pour justement vous faire croire que cette gelée royale est produite localement, dans leur « bon petit village au cœur du Berry » par une dynastie « d’apiculteurs de père en fils depuis 1900 » !!!   

Quant à la seconde, le « rucher Notre Dame de Grâces » ,  à qui il va sans dire l’on donnerait le Bon Dieu sans confession ,  nous adresse un amical bonjour de son rucher :  qui irait à ce compte et à la lecture de toute la prose qui suit, imaginer un instant que ce « rucher fondé en 1939 par le père Paul Henry » est en fait une entreprise qui achète et revend de la gelée royale importée comme on le découvre (là encore, si le prix ne nous avait pas déjà mis la puce à l’oreille)  au dos du « bon spécial exceptionnel »  …      

En ce qui concerne l’exceptionnel de ces offres, il va sans dire qu’elles n’ont d’exceptionnelles que leur régularité et leur volonté manifeste de tromper le client  et qu’aux tarifs proposés  les marges doivent être très substantielles quand on sait que la valeur de la gelée royale  représente environ 5 % du prix définitif !

Par ailleurs, s’il est intéressant de  savoir que les deux co-gérantes du « Domaine apicole de Chezelles ont déjà été condamnées par la cour d’appel  de Bourges en avril 2009 pour « pratique commerciale trompeuse » nous pouvons nous demander légitimement comment des courriers distribués aussi largement ne suscitent pas du service de la répression des fraudes une réaction appropriée en vertu de l’article R.112-9-8e du code de la consommation visant à protéger le consommateur de toute présentation laissant croire au consommateur que la denrée est issue de production française.